Le podcast où on parle avec une endive dans la bouche pour 1€40

Pour cette vingt-sixième émission enregistrée après la Convention MP3@Paris, Dino et Bibiche ont invités quatre de leurs complices à Soissons pour un podcast où on parle avec une endive dans la bouche pour 1€40.

Au cours de cette émission d'à peu près 3 heures 28 minutes et 35 secondes, Dino et Bibiche se sont entourés de Buchor, C2ric, Gusgus et Yannick Doc pour répondre à des questions portant sur l'actualité technologique, gastronomique, gastronomique, cinématographique et assurantielle. L'occasion, parfois, de revenir sur quelques sujets d'actualité ou polémiques tout en vous gratifiant, le reste du temps, d'informations insolites à l'utilité parfois douteuse.

Et pour la première fois, nous avons décidé de donner de l'enjeu à l'émission en soutenant une association grâce aux fonds collectés par le biais de notre Leetchi. Et pour cette émission, c'est l'association de lutte contre l'homophobie Contact que nous avons souhaité mettre à l'honneur. Cette association met notamment l'accent sur la médiation pour permettre aux homosexuels de renouer le dialogue avec leurs proches. Elle propose notamment une ligne d'écoute et un forum de discussion. Alors, si vous aussi vous êtes sensible à cette cause, n'hésitez pas à soutenir à votre tour l'association Contact : asso-contact.org

Mais rassurez-vous, on ne change rien ni sur le fond, ni sur le ton.

Pour vous permettre d'approfondir les divers sujets abordés dans l'émission, découvrez, ci-dessous, les notes du podcast.

Attention, cependant, certaines de ces informations sont de nature à vous spoiler sur le contenu du podcast, donc nous vous conseillons de les lire une fois l'écoute de celui-ci terminé.

Et puisque vous les avez entendu dans l'émission, jetez-vous sur leurs podcasts - le SAV de la F1 & 82bpm - ou sur le magazine Magic Fire Music

Retrouvez-nous "On achève bien les endives !" sur...

2 comments

  1. Salut,

    J’adore l’émission, j’ai écouté tous les épisodes. Ce serait parfait si c’était un peu moins vulgaire mais on va dire que c’est drôle quand même 🙂

    Mais ce n’est évidement pas par rapport à la vulgarité que j’écris ce message mais plus par rapport au changement d’orientation de l’émission vers l’axe associatif. Cet épisodes était très bon et pourtant à posteriori je n’en garde pas un bon souvenir.

    Utiliser l’émission pour soutenir des associations c’est une super idée en revanche la manière de la faire me met mal à l’aise. En fait l’association semble n’être qu’un prétexte pour parier de l’argent et ajouter du challenge. Si l’argent était à destination d’une personne le challenge serait cool mais là on parle de solidarité, j’ai l’impression qu’à chaque mauvaise réponse ce sont des gens dans le besoin qui trinquent.

    Au final je pense que vous auriez du annoncer directement en début démission « On va donner 50€ à telle association » et vous y tenir quel que soit le résultat. Ça fait de la pub à l’association en question, ça vous fait la pub à vous et peut être récupérer plus de fond pour une prochaine association par la suite. Certe ça supprime le « challenge » mais je n’ai de toute façon pas remarqué plus d’implication de la part des participants que d’habitude.

    En espérant que la Chicompany ira vers des lendemains brillants,

    Valérian

    Ps: Le troisième long métrage de Miyazaki en tant que réalisateur c’est Le Chateau dans le Ciel, Kiki la Petite Sorcière c’est le cinquième. (d’après wikipédia en tout cas) Et personne ne niera qu’il est vachement bon, même si personnellement je préfère Nausicaä de la Vallée du Vent, son deuxième film.

    1. Bonjour Valérian,

      Avant toute chose, merci pour votre fidélité à l’émission et le courage que cela demande. Pour la vulgarité, je me dois de plaider coupable mais je vous avoue que je n’ai pas prévu de corriger ça 😉

      En ce qui concerne la forme du soutien à l’association, je comprends parfaitement votre sentiment mais j’assume tout. Je ne vous cacherai pas que l’idée d’apporter du challenge n’est pas étrangère à cette initiative : ce n’est pas la motivation première, mais c’est une plus-value. L’idée fondamentale c’est de donner du sens à quelque chose qui n’en a plus. J’ai lancé « On achève bien les endives ! » en 2015 parce que j’en ressentais le besoin. C’était une période où j’avais besoin de distraction. Aujourd’hui, je n’ai plus ce besoin et je ne vous cache pas que, parfois, je vis cette émission comme une contrainte malgré le plaisir que je prends à l’animer. Je sais aussi que c’est une émission que certains regrettent d’entendre moins souvent et j’en profite pour les remercier pour leur compréhension et leur grande clémence en ce qui concerne les délais de montage. En soutenant une association, il s’agit donc de me motiver à poursuivre cette émission en me donnant l’excuse de servir à quelque chose. Mais c’est surtout l’occasion de mettre en valeur les associations qui sont, à bien des égards, vitales au bon fonctionnement de notre société. Il s’agit aussi de mettre en avant des causes qui me sont chères, des causes que je ne défends pas assez et pour lesquelles j’ai désormais trouvé un moyen de m’engager.

      Maintenant, je n’oublie pas qu’il s’agit là d’un divertissement et dès le début, il était très clair pour moi que le fait de soutenir une association ne devait en aucun cas changer le contenu. Alors, oui, nous aurions pu donner 50€ dès le début, mais regardez tous les jeux TV qui font des émissions caritatives : le don n’est jamais acquis au début. S’en tenir à donner 50 €, c’est juste se donner bonne conscience : ça n’implique pas les participants, c’est juste donner de l’argent et faire un peu de promo. Je préfère que les gens qui écoutent se disent que mes invités se donnent sur chaque question pour faire grossir la cagnotte, qu’ils se battent pour aider cette association : le message est pour moi plus fort, plus immersif (d’où l’envie de donner, j’espère) et, in fine, c’est une bien meilleure promo pour l’association. Mais attention à ne pas nous prendre pour ce que nous ne sommes pas : nous ne sommes rien, la visibilité que nous apportons à l’association est circonscrite qu’aux quelques dizaines de personnes qui écoutent cette émission et nous n’aurons de toute façon pas les moyens de faire beaucoup plus (même si j’espère être démenti).

      Au final, l’association a gagné plus que ce que je leur avait indiqué comme somme envisageable. On a passé un super moment (et visiblement, vous aussi, sur le fond) et, personnellement, je suis très content d’avoir contribué à soutenir cette association et je remercie tous les auditeurs de me permettre de donner ainsi du sens à ce que je fais ici.

      Concernant Miyazaki, je suis obligé de me rendre au verdict de Bibiche qui abonde dans le sens de votre commentaire 😉

      J’espère en tout cas que l’avenir sera brillant, en espérant qu’il ne le sera pas que pour la Chicompany 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *